● Les nodules thyroïdiens : 6 millions de personnes en France

Au moins un nodule est détecté pour 60% des femmes de plus de 60 ans. Cependant, 90% des tumeurs thyroïdiennes diagnostiquées sont bénignes. Les deux pathologies les plus fréquentes de la thyroïde sont l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie. Le diagnostic se réalise par palpation, échographie, scintigraphie et cytoponction. Les symptômes sont nombreux. Tout d’abord, le goître qui est le plus reconnaissable puis la fatigue musculaire, la peau et les cheveux secs, les yeux et le menton gonflés, un rythme cardiaque anormal, une prise ou perte de poids et enfin une frilosité ou transpiration abondante.

Il existe différentes possibilités de traitement et il est important d’en discuter avec votre généraliste, gynécologue ou endocrinologue afin de trouver le traitement le plus adapté à votre cas.

La thyroïdectomie est une intervention chirurgicale, elle consiste en l’ablation du nodule thyroïdien seul, de la thyroïde entière ou partie de celle-ci. Cette intervention mène à une prise médicamenteuse à vie pour compenser la fonction thyroïdienne.

L’iode radioactif est un comprimé administré par voie orale, sous forme de gélule ou solution liquide. Les cellules thyroïdiennes du nodule absorbent l’iode et meurent. Cependant, ce traitement peut parfois entrainer une insuffisance thyroïdienne qui entraine une prise de comprimés à vie.

Des techniques alternatives à l’intervention chirurgicale existent. Celles-ci sont moins voir non invasive et reposent essentiellement sur des techniques d’ablation thermique (traitement par la chaleur). Parmi elles, on retrouve la radiofréquence ou le laser qui sont des techniques de thermoablation où des aiguilles ou sondes sont insérées dans la thyroïde par une petite incision.

L’échothérapie est la seule alternative qui soit non invasive. Elle fait intervenir des ultrasons thérapeutiques qui permettent le traitement de nodules à travers la peau.

> Voir l’infographie