Nodules thyroïdiens

Questions et réponses

Les nodules thyroïdiens sont relativement fréquents. Même si le diagnostic n’est inquiétant que dans de très rares cas, les patients posent de nombreuses questions.

Que sont les nodules chauds et froids ?

Les nodules chauds et froids n’ont rien à voir avec la température. Il s’agit en fait de déterminer le niveau d’activité des nodules et de savoir s’ils produisent ou non des hormones.

Dans le cas d’un nodule dit « chaud », les cellules présentes sont très actives. Elles produisent des hormones de manière incontrôlée, absorbent beaucoup d’iode et peuvent ainsi provoquer une hyperthyroïdie. Les nodules chauds sont les plus rares et sont de nature bénigne.

On parle de nodule « froid » lorsque cette zone est « inerte ». Les nodules froids sont inactifs. Ils ne produisent pas d’hormones et n’absorbent pas ou pratiquement pas d’iode. Cependant, dans de rares cas, un nodule froid peut révéler un cancer de la thyroïde et doit systématiquement faire l’objet d’un examen approfondi. Seul un petit nombre de nodules froids sont de nature maligne. Les kystes sont classés parmi les nodules froids, car ils n’ont aucune activité.

Les nodules peuvent-ils devenir dangereux ?

De nombreuses personnes pensent qu’un nodule est synonyme de cancer. Rassurez-vous, les nodules thyroïdiens sont pratiquement toujours bénins. Environ 5% des nodules seulement sont des cancers (= nodules malins). Quant aux nodules chauds, ils sont toujours bénins. Ils peuvent toutefois entraîner une hyperthyroïdie, ce qui perturbe tout l’équilibre hormonal et peut avoir des conséquences néfastes sur l’organisme.

Faut-il traiter un nodule thyroïdien ?

Transpirez-vous beaucoup, êtes-vous nerveux(se) ou avez-vous involontairement perdu du poids ces derniers temps ? Ou bien êtes-vous constamment fatigué(e), avez-vous facilement froid et prenez-vous rapidement du poids ? Tout cela pourrait indiquer un mauvais fonctionnement de la thyroïde. Par ailleurs, les nodules peuvent grossir et provoquer des problèmes de déglutition, un enrouement, une sensation de pression dans le cou ou même une détresse respiratoire. Dans chacun de ces cas, les nodules doivent être traités. La décision d’un traitement doit être prise à au cas par cas. Parlez-en à votre médecin.

Mais pas de panique : la plupart des nodules thyroïdiens sont petits et bénins. Si votre bilan thyroïdien est normal, si le nodule est bénin et si vous n’avez pas de symptôme, aucun traitement ne sera nécessaire. Il est toutefois important de faire contrôler le nodule régulièrement.

Quel est le rôle de la thyroïde ?

La thyroïde est un petit organe en forme de papillon qui a un rôle important. C’est le centre de régulation et de production d’énergie de notre corps. La thyroïde produit des hormones vitales, qui régulent notre métabolisme et notre énergie. Les hormones thyroïdiennes agissent notamment sur le cœur et la circulation, sur la digestion, le sommeil, le mental, la croissance et le métabolisme des graisses. Un dérèglement de la thyroïde peut avoir des incidences sur de nombreuses fonctions de l’organisme.

Pourquoi des nodules se forment-ils dans la thyroïde ?

Vous n’avez pas à vous inquiéter : les nodules thyroïdiens sont pratiquement toujours bénins.
Environ 5% des nodules seulement sont malins et s’avèrent être des cancers de la thyroïde.

La plupart des nodules thyroïdiens se forment en raison d’un manque d’iode. Lorsque la thyroïde ne reçoit pas assez d’iode, elle grossit et augmente la surface de ses tissus. Ainsi, les cellules de la thyroïde se multiplient et des nodules de tissu apparaissent.

Des modifications génétiques peuvent aussi provoquer la formation de nodules thyroïdiens. Un défaut dans le patrimoine génétique modifie la configuration normale des récepteurs de l’hormone TSH (hormone stimulant la thyroïde) synthétisés dans la thyroïde, ce qui provoque une augmentation de la synthèse thyroïdienne. La stimulation constante des cellules peut entraîner la formation de nodules.

Quelle est la fréquence des nodules thyroïdiens ?

Vous n’êtes pas seul(e) à être confronté(e) à un nodule thyroïdien. Les modifications tissulaires de type nodulaire surviennent chez environ 30 % des adultes, et cette proportion monte à plus de 50% chez les personnes de plus de 65 ans. Vous avez certainement dans votre entourage de nombreuses personnes qui ont des nodules sans même le savoir. Si l’âge est un facteur de risque, le fait d’être une femme l’augmente. Elles développent des nodules quatre fois plus souvent que les hommes.

Comment décèle-t-on les nodules thyroïdiens ?

Les nodules thyroïdiens se développent souvent très lentement et dépassent rarement un centimètre de diamètre. Ainsi, de nombreuses personnes ne remarquent pas les nodules. Ceux-ci sont souvent découverts lors d’examens de routine, ou parfois détectés au toucher par le patient lui-même.

Lorsque les nodules ont grossi, ils peuvent poser des problèmes de déglutition, d’enrouement ou des douleurs dans le cou ou une sensation de pression désagréable. Les gros nodules peuvent donc également provoquer des problèmes esthétiques. Consultez systématiquement votre médecin si vous découvrez un nodule ou présentez les symptômes évoqués.

Comment le médecin réalise-t-il un diagnostic de certitude ?

Consultez si possible un spécialiste de la thyroïde, à savoir un endocrinologue. Lors de l’examen, le médecin commence par palper la région autour de la thyroïde. À la suite de cet examen, il réalise une échographie. S’il constate un changement, il prélève un échantillon de sang afin de faire un bilan thyroïdien. Si les nodules ont grossi ou si les analyses de sang le justifient, le médecin réalise une scintigraphie. Ce procédé d’imagerie permet au médecin de contrôler après l’administration d’iode radioactif s’il s’agit d’un nodule chaud ou froid (voir également : Que sont les nodules chauds et froids ?). Une biopsie à l’aiguille fine (un prélèvement de tissu) est généralement utile. Elle permet d’indiquer si le nodule est malin.

Comment peut-on prévenir les nodules thyroïdiens ?

Une alimentation riche en iode peut dans certains cas prévenir les maladies de la glande thyroïde. La thyroïde d’un adulte a généralement besoin d’environ 200 microgrammes (millionièmes de grammes) d’iode par jour. On trouve par exemple de l’iode dans les poissons de mer et dans le sel iodé. Outre le sel iodé, de nombreux autres aliments jouent un rôle important. Le pain, le lait, les produits laitiers, le poisson et les fruits de mer contribuent également à couvrir le besoin quotidien en iode.

Comment couvrir mes besoins quotidiens en iode ?

Le corps ne peut produire d’iode par lui-même. Il faut donc lui en procurer dans l’alimentation.
Selon l’OMS, les adultes ont un besoin quotidien en iode d’environ 150-200 microgrammes (µg), tandis qu’environ 100 à 180 µg par jour sont nécessaires chez les enfants et les personnes âgées.
Apport en iode pour une alimentation saine
Pour apporter au corps suffisamment d’iode, vous devez veiller à consommer des produits iodés :
• lait et produits laitiers tous les jours,
• poisson de mer ou fruits de mer 1 à 2 fois par semaine,
• toujours utiliser du sel iodé à la maison,
• acheter de préférence des aliments préparés avec du sel iodé.

tableau-FR