Thérapie

OPTIONS DE TRAITEMENTS

Surveillance sans traitement

Un petit nodule bénin sans symptôme ne nécessite aucun traitement. Il doit toutefois faire l’objet de contrôles réguliers.

Médicaments

Nodules chauds
Les nodules chauds (voir aussi : Que sont les nodules chauds et froids ?) sont « hyperactifs ». En premier lieu, les nodules chauds sont traités avec des médicaments. Ils réduisent ou bloquent la production de l’hormone thyroïdienne. Ces médicaments peuvent toutefois provoquer une insuffisance thyroïdienne (hypothyroïdie).
Ces médicaments, appelés thyréostatiques, peuvent diminuer les symptômes de l’hyperthyroïdie. Mais cette thérapie ne permet pas d’éliminer les régions autonomes, et les médicaments ne servent donc généralement qu’à patienter jusqu’à une intervention définitive.

Nodules froids
On utilise des hormones thyroïdiennes sur les nodules froids (voir également : Que sont les nodules chauds et froids ?) qui ne sont pas malins. Ils doivent inhiber la croissance du nodule.

Traitement par iode radioactif

On peut envisager un traitement par iode radioactif dans le cas de nodules devenus toxiques. L’iode est alors administré sous forme de gélules ou de solution liquide. Les cellules thyroïdiennes du nodule, alors appelé adénome toxique, absorbent l’iode et meurent. Les femmes enceintes ne doivent en aucun cas suivre ce traitement en raison de l’irradiation.

Chez de nombreux patients traités pour des nodules toxiques, la thyroïde fonctionne de nouveau normalement après le traitement par iode radioactif. Toutefois, ce traitement peut parfois entraîner une insuffisance thyroïdienne. Le manque d’hormones thyroïdiennes doit alors être compensé à vie par la prise de comprimés.

Opération de la thyroïde

Les nodules doivent être retirés en cas de suspicion de malignité, du fait de leur taille ou s’ils provoquent une hyperthyroïdie. Jusqu’à présent, il était nécessaire de recourir à une intervention sous anesthésie générale dans la plupart des cas. Suivant la situation, le médecin retire l’ensemble de la thyroïde, un lobe de la thyroïde ou le nodule. Il peut s’agir d’une opération ouverte ou d’une chirurgie mini-invasive (avec de petites incisions).

Une opération de la thyroïde comporte des risques d’hémorragie, une atteinte des parathyroïdes (petites glandes situées à proximité de la thyroïde) et une atteinte des nerfs des cordes vocales, pouvant entraîner une paralysie de celles-ci. Toutefois, de tels cas sont relativement rares. On retire souvent trop de tissu, ce qui entraîne une production d’hormones insuffisante. Il faut alors compenser ce manque d’hormones par l’administration quotidienne d’hormones thyroïdiennes, pendant toute la vie du patient. Pour éviter la prise de poids, ces hormones doivent être prises relativement rapidement après l’intervention et leur dosage doit toujours être contrôlé.

Voir l’infographie « Après l’ablation de la thyroïde ».

Thermoablation

Depuis plusieurs années, il existe également des techniques de thermoablation comme la radiofréquence et le laser où des aiguilles ou sondes sont insérées dans la thyroïde par une petite incision ou encore l’échothérapie qui se fait sans la moindre incision. Le nerf des cordes vocales peut également être atteint lors de ces procédures mini ou non-invasives.

La thermoablation ne convient pas aux nodules malins, toutefois ce traitement constitue une alternative plus douce que l’intervention chirurgicale dans le cas des nodules bénins.

Échothérapie

Il existe depuis peu une forme de traitement douce et non invasive par ultrasons pour les nodules thyroïdiens bénins, l’échothérapie (voir également Qu’est-ce que l’échothérapie ?). Le nodule est alors « fondu » au moyen d’un faisceau d’ondes ultrasonores. Le tissu détruit par les ondes ultrasonores est éliminé progressivement par le corps. Cette méthode, sans aucune incision est réalisée lors d’une procédure ambulatoire, ce qui élimine la formation de cicatrices et risques liés à l’anesthésie et d’infection consécutive à une intervention chirurgicale. Principal avantage : la thyroïde conserve son fonctionnement normal et l’équilibre hormonal est beaucoup moins perturbé.