Andrea, 54 ans

« La première chose que je n’ai pas su m’expliquer, c’était le problème de déglutition. Un peu plus tard, en mettant de la crème, j’ai clairement senti quelque chose sur mon cou. Cela m’a inquiété : je me demandais si le nodule allait continuer à grossir et s’il était bénin.

Je suis immédiatement allé voir mon médecin de famille, qui m’a adressé à un médecin nucléaire. Le résultat : heureusement, la grosseur n’était pas maligne et je ne souffrais pas d’hyperthyroïdie ou d’hypofonctionnement. Mais en raison de l’inconfort et d’une taille de 4,5 cm, le nodule devait de toutes façons être traité. Le médecin m’a prescrit des pilules qui devaient empêcher la croissance de la tumeur, mais les effets secondaires étaient plus importants que le nodule lui-même : maux de tête, tachycardie, fortes douleurs abdominales.

Par hasard, je suis tombée sur un article sur l’échothérapie, qui permet de traiter les nodules thyroïdiens sans chirurgie. J’ai trouvé un centre de traitement en Allemagne grâce au site web sur l’échothérapie, et j’ai obtenu une première consultation – une simple lettre de recommandation de mon médecin généraliste a suffi. Deux semaines plus tard, j’étais assise dans le cabinet de médecine nucléaire du Dr. Hakman, qui m’a expliqué le fonctionnement de l’échothérapie : une option thérapeutique sans anesthésie générale et sans coupure, qui traite en douceur les tissus affectés avec des ultrasons focalisés. J’ai rapidement pris ma décision de faire de l’échothérapie, et un mois plus tard, je suis retournée au cabinet pour me faire soigner.

Grâce aux explications du médecin je savais déjà exactement à quoi m’attendre. Bien sûr, j’étais un peu nerveuse. Le traitement ne m’a pas vraiment fait mal, le plus dur a été de rester immobile pendant 40 minutes. J’ai senti une légère tension dans la région de la mâchoire et des épaules, mais après le traitement, tout était rapidement oublié. J’ai pu quitter le cabinet immédiatement et me rendre au travail.

Quatre semaines plus tard, la grosseur était déjà beaucoup plus petite et après seulement quatre mois, elle avait diminué de moitié, tout cela sans pilule ! Je n’ai plus de problèmes et le nodule n’est plus visible. Et je peux à nouveau me regarder dans le miroir. »

Retour haut de page