L'histoire de chaque patient est unique : lisez les témoignages et découvrez pourquoi ils ont choisi l'échothérapie.

Andrea, 54

« La première chose que je n’ai pas su m’expliquer, c’était le problème de déglutition. Un peu plus tard, en mettant de la crème, j’ai clairement senti quelque chose sur mon cou. Cela m’a inquiété : je me demandais si le nodule allait continuer à grossir et s’il était bénin.

Je suis immédiatement allé voir mon médecin de famille, qui m’a adressé à un médecin nucléaire. Le résultat : heureusement, la grosseur n’était pas maligne et je ne souffrais pas d’hyperthyroïdie ou d’hypofonctionnement. Mais en raison de l’inconfort et d’une taille de 4,5 cm, le nodule devait de toutes façons être traité. Le médecin m’a prescrit des pilules qui devaient empêcher la croissance de la tumeur, mais les effets secondaires étaient plus importants que le nodule lui-même : maux de tête, tachycardie, fortes douleurs abdominales.

Par hasard, je suis tombée sur un article sur l’échothérapie, qui permet de traiter les nodules thyroïdiens sans chirurgie. J’ai trouvé un centre de traitement en Allemagne grâce au site web sur l’échothérapie, et j’ai obtenu une première consultation – une simple lettre de recommandation de mon médecin généraliste a suffi. Deux semaines plus tard, j’étais assise dans le cabinet de médecine nucléaire du Dr. Hakman, qui m’a expliqué le fonctionnement de l’échothérapie : une option thérapeutique sans anesthésie générale et sans coupure, qui traite en douceur les tissus affectés avec des ultrasons focalisés. J’ai rapidement pris ma décision de faire de l’échothérapie, et un mois plus tard, je suis retournée au cabinet pour me faire soigner.

Grâce aux explications du médecin je savais déjà exactement à quoi m’attendre. Bien sûr, j’étais un peu nerveuse. Le traitement ne m’a pas vraiment fait mal, le plus dur a été de rester immobile pendant 40 minutes. J’ai senti une légère tension dans la région de la mâchoire et des épaules, mais après le traitement, tout était rapidement oublié. J’ai pu quitter le cabinet immédiatement et me rendre au travail.

Quatre semaines plus tard, la grosseur était déjà beaucoup plus petite et après seulement quatre mois, elle avait diminué de moitié, tout cela sans pilule ! Je n’ai plus de problèmes et le nodule n’est plus visible. Et je peux à nouveau me regarder dans le miroir. »

Andrea, 54

« Je n'ai plus de problèmes, et le nodule n'est plus visible.»
En savoir plus

Ilona, 59

« Les nodules thyroïdiens sont fréquents dans notre famille, bien que je n’aie moi-même jamais eu de problèmes par le passé. Cependant, il y a environ trois ans, j’ai soudainement souffert de rétention d’eau, je suais beaucoup, et j’étais souvent fatiguée et essoufflée… Je soupçonnais la ménopause et l’asthme. Après un rendez-vous avec mon ostéopathe, les choses se sont mises à bouger : il envisageait des problèmes de thyroïde à l’origine de mes symptômes. Après un rendez-vous avec mon médecin généraliste et des analyses sanguines, on m’a dit que mes glandes thyroïdiennes étaient en bon état. Je n’étais pas convaincue et je voulais me faire examiner par un médecin spécialiste.

À peu près au même moment, j’ai lu dans la presse que le Dr. Seeberger était spécialisé dans les maladies de la thyroïde et tenait un cabinet de médecine nucléaire. J’ai apporté mes résultats sanguins au Dr. Seeberger : mes glandes thyroïdiennes étaient complètement déséquilibrées. La fatigue constante, la chaleur, les problèmes de respiration étaient tous liés à un nodule thyroïdien. J’avais très peur d’une opération, mais le Dr. Seeberger m’a rapidement rassurée : il m’a fait découvrir un nouveau traitement par ultrasons qui traitent le tissu du nodule thyroïdien par la chaleur. Il m’a parlé de l’échothérapie : le traitement est de courte durée, sans hospitalisation, et il n’altère pas le tissu sain. Et plus important encore, pas de chirurgie, pas de coupures. Je me suis sentie revivre, la décision était prise. »

Dès le lendemain du traitement, je pouvais à nouveau mieux respirer, et en trois semaines, le nodule avait déjà diminué d’un bon tiers. Je ne m’attendais pas à ce que mes problèmes s’atténuent aussi rapidement. Comme j’avais un nodule des deux côtés de la thyroïde, le traitement a été effectué en deux séances, et la deuxième fois aussi, tout s’est déroulé sans problème. Je suis juste extrêmement heureuse que ma glande thyroïde n’ait pas dû être enlevée, et je n’aurai probablement plus besoin de médicaments. »

Ilona, 59

J'avais très peur d'une opération, mais le Dr. Seeberger m'a rapidement rassurée : il m'a fait découvrir un nouveau traitement par ultrasons qui traitent le tissu du nodule thyroïdien par la chaleur.
En savoir plus

Mélanie, 41

« Quand j’étais jeune, j’avais des problèmes de thyroïde, et j’ai dû subir une intervention chirurgicale. Depuis, je dois prendre des hormones thyroïdiennes tous les jours. Malheureusement, au fil des ans, un nouveau nodule s’est formé, qui est devenu de plus en plus gros. Il a fini par mesurer environ 2,3 cm et à me gêner. J’avais du mal à déglutir et je sentais la grosseur dans ma gorge, aussi j’étais rapidement essoufflée pendant l’activité physique, car le nodule compressait ma trachée.

Je savais que les choses ne pouvaient pas continuer comme ça. Il était hors de question de me faire opérer à nouveau, car j’avais peur des risques possibles, comme une paralysie des cordes vocales, et ma première opération avait déjà causé des cicatrices internes. Lorsque mon médecin m’a proposé l’échothérapie comme alternative, je n’ai pas hésité. J’avais retardé une opération autant que possible.

J’ai été rassurée par le fait que l’échothérapie comportait un risque minimal et qu’elle ne laissait pas de cicatrice. C’était très important pour moi. Il n’y avait pas d’anesthésie générale et aucun traitement ultérieur n’était nécessaire. La courte durée du traitement et le fait de pouvoir immédiatement reprendre sa vie après l’intervention m’ont convaincu.

Le jour du traitement, j’étais encore nerveuse car je ne savais pas si le traitement allait être douloureux. J’ai pris un léger anesthésiant, le traitement a duré environ 45 minutes. C’était inconfortable, mais pas douloureux. Pendant chaque émission d’ultrasons, cela faisait comme un picotement et une sensation de pression en direction de la mâchoire, de l’épaule et du cou. J’avais également eu une sensation de froid sur la zone de traitement, et une légère tension sur la mâchoire. Deux heures plus tard, tout allait bien. Je n’ai eu aucun impact ensuite dans la vie de tous les jours.

Le nodule a depuis visiblement rétréci, je n’ai plus de symptômes. J’aime particulièrement le fait qu’il n’y ait pas de cicatrices et de ne devoir s’interrompre que brièvement. Je recommande fortement cette thérapie. »

Mélanie, 41

« Lorsque mon médecin m'a proposé l'échothérapie comme alternative, je n'ai pas hésité. J'avais retardé une opération autant que possible. »
En savoir plus

Ina, 66

« J’ai longtemps senti comme une boule dans la gorge, pendant plusieurs années. A l’occasion d’un rendez-vous médical j’ai été mise face au diagnostic: j’avais plusieurs nodules chauds et un nodule froid dans la thyroïde. Un traitement conventionnel par hormones thyroïdiennes s’étant avéré inefficace, on s’est donc contentés de surveiller ces nodules régulièrement. C’est comme ça que l’on a pu noter que le nodule froid continuait de grossir en volume au fil des années, lentement mais sûrement.

En 2018, à cause de mon âge et du nombre croissant de nodules chauds, on m’a proposé de me faire complètement retirer la thyroïde par une opération. J’ai alors entamé mes propres recherches sur internet pour m’épargner l’intervention, et je suis tombée sur une alternative non-invasive à la chirurgie : le traitement par échothérapie. Ceci n’était pas disponible à Munich, mais j’ai trouvé que l’Hôpital Universitaire de Francfort proposait la thérapie. Puisque la clinique est considérée pionnière dans cette technique et est bien reconnue en Allemagne pour leurs médecins compétents et leurs technologies innovantes, j’ai voulu tenter le coup.

J’ai immédiatement pris contact avec l’hôpital universitaire et il s’est trouvé que j’étais éligible pour la thérapie ! Bon, l’intervention n’était pas tout à fait indolore. Pendant l’intervention plusieurs « pulses » sont envoyés à intervalles réguliers – ce sont des ultrasons à haute intensité qui chauffent le tissu localement et détruisent les tissus du nodule. Ceci ne va pas complètement éliminer le nodule, mais il va diminuer de volume jusqu’à ce que je ne le sente plus. Aujourd’hui je me sens plus libre, et je n’ai plus cette sensation d’avoir une grosseur dans la gorge. Je referais ceci à tout moment pour éviter la chirurgie. »

Ina, 66

« Aujourd’hui je me sens plus libre, et je n’ai plus cette sensation d’avoir une grosseur dans la gorge. Je referais ceci à tout moment pour éviter la chirurgie. »
En savoir plus

L'ÉCHOTHÉRAPIE VOUS INTÉRESSE?

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'échothérapie et savoir si vous êtes éligible à un traitement, contactez-nous. Une équipe de professionnels vous contactera pour répondre à toutes vos questions.

Contactez-nous
Retour haut de page