Monika, 32 ans

« J’ai découvert la grosseur par hasard, c’était en 2009. J’étais couchée dans mon lit la nuit et je m’étais retournée sur le côté, j’ai posé la main sur le côté de mon sein et je l’ai soudainement sentie. J’ai eu très peur. Je savais que c’était peut-être un cancer et qu’il fallait que je me fasse examiner.

Au début, ma gynécologue a fait une échographie et après cela, elle m’a dit qu’elle était sûre qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Mais j’avais tellement peur que j’ai quand même fait faire une biopsie.

Lorsqu’on a eu confirmation qu’il s’agissait d’un fibroadénome, ma gynécologue m’a dit qu’il pouvait être enlevé, mais aussi que pendant la grossesse, cela pouvait encore changer avec les hormones. J’étais sûre de vouloir un enfant donc je me suis dit que j’attendrais, que la grosseur allait probablement diminuer. J’ai tellement peur des opérations que je ferais n’importe quoi pour les éviter ! Je ne pouvais pas m’empêcher de tâter le fibroadénome tout le temps pour voir s’il changeait, j’étais assez effrayée.

Puis mon fils est né, et pendant longtemps, je n’ai plus remarqué de changement. Je n’ai pas allaité, ça ne s’est pas fait. Quelque temps après la naissance, j’ai commencé à prendre la pilule pour la première fois de ma vie, juste parce que j’avais des problèmes de peau. Cela a bien fonctionné, mais le fibroadénome a soudain semblé avoir pris du volume. Lors d’un examen de routine, mon gynécologue m’a dit qu’il était devenu beaucoup plus gros – je pense qu’il mesurait 3,6 cm – et puis elle m’a vraiment poussée à le faire enlever. Je ne voulais pas le faire à tout prix : outre le fait que j’avais très peur de l’opération, j’avais à présent mon fils et j’avais peur de ne pas être en forme après l’opération, de ne pas pouvoir être là pour lui. Il adore les câlins et les jeux, je n’aurais pas pu en faire. J’ai donc essayé de retarder l’opération, mais il devenait évident qu’il fallait que je la fasse, j’avais déjà pris rendez-vous pour. À l’époque, j’ai cru devenir folle, que je ne pourrais pas aller jusqu’au bout.

J’avais déjà cherché d’autres possibilités de traitement. Sur Internet, j’ai vu quelque chose sur l’échothérapie qui m’a vraiment ravie. J’ai compris qu’il ne s’agissait pas d’une opération et je me suis sentie capable de faire ça ; j’ai appelé mon centre, j’ai annulé l’opération et j’ai pris un rendez-vous pour un traitement d’échothérapie.

Juste avant l’intervention, je me suis demandé si ça marcherait vraiment aussi bien, et le jour même, j’étais très nerveuse. Puis je me suis dit : qu’est-ce que cela aurait donné avec une opération si j’avais eu aussi peur que là ? Je me suis allongée sur le côté et on a positionné l’appareil contre mon sein, côté extérieur, sur la peau. De temps en temps, je sentais une piqûre, c’est tout. Cela a été fini en une heure environ. Ma poitrine était un peu gonflée et quand l’anesthésie s’est dissipée, j’ai eu une sensation de brûlure, mais je n’ai ressenti aucune douleur. J’ai pu jouer avec mon fils comme d’habitude juste après le traitement et le tenir dans mes bras, c’était très important pour moi. J’étais ravie de ne pas avoir eu besoin d’opération.

Passé un mois environ, j’ai senti que le fibroadénome avait diminué de taille. Et au bout de quatre mois, j’étais chez ma gynécologue et elle m’a dit qu’il ne mesurait plus que 1,1 cm, soit autant qu’un petit pois ! Le gynécologue était ravi du résultat et j’étais totalement satisfaite : le fibroadénome avait vraiment rétréci beaucoup plus vite que je ne l’avais prévu. Je choisirais à nouveau cette option sans hésiter. »

Retour haut de page