Saskia, 19 ans

« Cela me faisait toujours mal. J’avais environ 16 ans. Les douleurs étaient assez irrégulières et au bout d’un moment, je suis allée chez le médecin. Bien sûr, j’avais peur que ce soit un cancer, ce n’est pas drôle quand on ne sait pas ce que c’est. Ma mère était aussi là et elle était inquiète. Le médecin a identifié une grosseur et j’ai obtenu un rendez-vous à l’hôpital pour une biopsie, on m’a alors dit que c’était un fibroadénome.

J’avais peur que la masse continue à grossir car j’avais déjà remarqué qu’elle était de plus en plus notable. Elle devenait également visible, tout particulièrement en position allongée. Ce n’était pas beau à voir ! La grosseur mesurait 3,9 cm je crois, et forcément je me suis dit qu’au bout d’un moment ça n’irait plus. Le médecin m’a dit qu’elle pouvait être enlevée rapidement, mais je ne voulais pas qu’on l’enlève, car mes cicatrices ne guérissent jamais bien. J’avais aussi été épileptique quand j’étais plus jeune et je ne réagissais pas bien à l’anesthésie, autant de raisons de ne pas souhaiter une opération.

Ma mère a fini par trouver sur Internet des articles à propos de l’échothérapie et m’en a parlé : j’ai été réconfortée par le fait qu’il n’y aurait pas de cicatrices ou de plis après le traitement, et qu’un sein ne resterait pas différent de l’autre par la suite. Il était assez clair pour moi que je voulais cette option-ci.

Le jour du traitement néanmoins j’étais assez nerveuse, car je ne savais pas vraiment si j’allais avoir mal. J’ai ressenti comme des tiraillements à un moment précis du traitement. J’ai eu mal, mais seulement pendant une courte période.

Après le traitement, j’ai eu quelques bleus, rien de bien grave. J’ai continué à faire ce que je fais normalement tous les jours.

J’ai alors remarqué pour la première fois que la grosseur avait rétréci. Lors de l’examen de suivi après six mois, il était visible qu’elle avait déjà diminué de moitié, et maintenant, cela m’a donné une meilleure apparence. J’ai trouvé bien qu’il n’y ait pas de cicatrices et pas de plaies qui auraient pu s’infecter.

Dans l’autre sein, à présent, j’ai trouvé un autre fibroadénome … et je voudrais le faire traiter par échothérapie. »

Retour haut de page