Pourquoi parle-t-on de nodules chauds et de nodules froids ?

Les nodules thyroïdiens sont généralement des tumeurs bénignes (non-cancéreuses) très courantes, ils se développent à partir d’une réplication excessive des cellules thyroïdiennes. On estime que plus de 50% de la population d’adultes de plus de 60 ans peut présenter des nodules thyroïdiens. Les nodules de petite taille situés à une certaine distance de structures sensibles comme la trachée sont souvent asymptomatiques, ce qui signifie que les patients ne les ressentent pas et qu’ils ne causent aucun problème de santé ; ils ne sont souvent parfois même pas remarqués. Néanmoins, certains nodules thyroïdiens peuvent provoquer des symptômes tels que de l’essoufflement, ou dans le cas de nodules chauds, de l’hyperthyroïdie (hyperactivité de la thyroïde).

Les différents types de nodules thyroïdiens

Les nodules bénins sont classés en fonction de leur capacité à produire des hormones par rapport au tissu thyroïdien sain. Ils sont différenciés en trois catégories : les nodules chauds, les nodules froids et les nodules indifférents (ou “normaux”). Les nodules chauds sont plus actifs que les tissus thyroïdiens normaux et produisent donc plus d’hormones en comparaison. En revanche, les nodules froids sont des amas de tissu sans réelle capacité à produire des hormones thyroïdiennes, ou bien moins que le tissu thyroïdien normal. Enfin, les nodules normaux ou indifférents ne peuvent pas être différenciés des tissus sains sur la base de leur capacité à produire des hormones. La plupart des nodules thyroïdiens sont des nodules froids (environ 50 à 85 %), tandis que seulement 10 % des nodules sont “chauds” et environ 40 % sont indifférents.

Symptômes associés aux nodules froids et indifférents

Les nodules froids et indifférents sont souvent asymptomatiques en raison de leur taille, suffisamment petite pour ne pas être visible ou notable sans examen d’imagerie. Aux États-Unis, seuls 4 à 7 % de la population adulte présentent des grosseurs palpables, alors que les grosseurs détectables, trouvées à l’aide d’ultrasons, surviennent chez plus de 50 % de la population de plus de 60 ans. Néanmoins, si les nodules froids et indifférents grossissent, ils peuvent provoquer une gêne et des symptômes problématiques en exerçant une pression sur les structures sensibles du cou. Les symptômes les plus fréquemment signalés dans ces cas sont une sensation de compression, des changements de voix ainsi que des difficultés à respirer ou à avaler.

Symptômes associés aux nodules chauds

En raison de leur capacité accrue de production d’hormones, les nodules chauds peuvent provoquer un déséquilibre métabolique important et un dérèglement de divers processus de l’organisme. Tant que ces nodules restent petits, les effets peuvent être légers, mais une surproduction hormonale excessive peut entraîner le développement d’une hyperthyroïdie. Les symptômes de l’hyperthyroïdie comprennent, entre autres, l’anxiété, les tremblements, l’agitation, la transpiration, une perte de poids inhabituelle et une augmentation du rythme cardiaque. Dans les cas extrêmes, les effets de la maladie peuvent même être sérieusement dangereux, en particulier chez les personnes âgées exposées à un rythme cardiaque irrégulier, et même à une insuffisance cardiaque en cas d’hyperthyroïdie extrême et non traitée.

L’ECHOTHERAPIE DES NODULES THYROÏDIENS

Diagnostic et traitement des différents types de nodules thyroïdiens

Bien que la grande majorité des tumeurs de la thyroïde ne soient pas cancéreuses, un diagnostic rapide est de la plus haute importance pour identifier clairement un nodule et exclure tout risque de malignité. En outre, les outils de diagnostic permettent de reconnaître les différents types de nodules (chauds, froids ou indifférents) pour décider du traitement le plus approprié. On utilise couramment a scintigraphie pour classer les nodules thyroïdiens.

Différentes options de traitement sont disponibles. Si l’excision chirurgicale et le traitement à l’iode radioactif sont très courants et restent la référence en matière de cancer, des méthodes de traitement moins invasives sont disponibles pour les masses non cancéreuses. Elles comprennent des options d’ablation thermique peu invasives telles que l’ablation au laser, l’ablation par micro-ondes (MWA) ou l’ablation par radiofréquence (RFA) ainsi que l’échothérapie par ultrasons, complètement non-invasive.

Merci de consulter la version anglaise de cette page pour avoir les sources et références.

L'échothérapie vous intéresse ?

Pour en savoir davantage sur le traitement ou sur les indications concernées, écrivez-nous ! Notre équipe reviendra vers vous rapidement.

Nous contacter
Retour haut de page